-S'tu fais aujourd'hui?
-je finis, tu sais le sénario du remake dont je te parlais il y a une quinzaine
-Ah oui, cette histoire qui tenait fifty/fifty des faux confits d'oie et des liaisons désespérées?
-Mais pourquoi tu te plais à tout déformer comme ça? c'est très sérieux mon boulot, tu sais, surtout que je n'ai pas beaucoup de temps pour le finir, tu me tords les neurones à un moment critique!
-Bon j'ai rien dit, alors c'était quoi un pâté d'alouette, 1 alouette, 1cheval, 50/50
oui et ça donne quoi la fin de l'histoire?
-Tu te rappelles que j'avais laissé V à l'hippodrome, croyant avoir aperçu M derrière moi
-Oui et alors?
-Alors c'était bien lui!
oui je l'ai revu plus tard dans la semaine et on s'est parlé
-Non, tu l'as donc revu! et ça va te mener où hein une histoire pareille?
-Mais nulle part, rassure-toi, nulle part
on a reparlé de Mme de T et figure-toi, ça m'a donné une idée nouvelle pour la fin de l'histoire. Mais oui!
On n'est plus au XVIII ème siècle! les duels, le vitriol, hein???
-Ta dernière scène, tu la situes où en AFGHANISTAN, avec une prise d'otage, ou aux jeux olympiques de Bejing?
-Ni l'un, ni l'autre, t'as pas fini de te fiche de ma gueule? tu peux pas rester sérieux deux minutes, si tu sais tout, tu te fais ton film et tu me laisses en paix!
-Bon, alors...RACONTE!
-Eh bien voilà, Valmont épouse De Tourvel
-Quoi, qu'est-ce que tu racontes là?
-Oui, oui! logique, c'est la seule fin possible, puisqu'ils s'aiment
-Oh ma fleur bleue, et sortez les vi-o-lons! Et la Merteuil, hein?
-Elle part en mission humanitaire et elle rencontre le héros de sa vie: un médecin militaire.
-Mais tu n'es pas sérieuse, c'est n'importe quoi!
-Bien sûr mon amour, c'est n'importe quoi, comme moi
comme moi!

Le jour a baissé
gros plan sur Hayet qui se retrouve au devant de la scène
au loin, la colline du Crâne embrasée
une ombre, non plutôt trois, en croix, l'une plus grande entre les deux autres
un lambeau d'étoffe claque au vent cloué sur celle du centre

Tah, a posé son stylo sur le cahier ouvert
elle sourit puis relève les yeux vers les spectateurs tapis dans l'ombre
lentement les larmes montent et débordent
elle les laisse couler, couler, silencieusement
parfois, elle ferme les paupières
tout le reste de son corps est immobile

Imperceptiblement, Djam qui s'était éloigné aux derniers mots de leur dialogue, revient sur le devant de la scène
il pose ses mains sur les épaules de Tah et les caresse doucement avec le pouce
-Mon petit, je sais, je sais...
c'est bien
maintenant il faut rentrer, la pièce est jouée!

Doucement il la contourne et s'accroupit devant elle, prend sa tête et la pose sur son épaule gauche, contre son coeur
-Tu entends ma colombe?
Il dépose un baiser sur son front
-Allez, viens!

Tah se redresse, ferme le cahier, dépose le stylo sur la couverture rouge, prend la main de Djam, et sans un regard en arrière, s'en va vers le fond de la scène au même pas que lui.
La nuit est tombée, on entrevoit un ciel étoilé, la pleine lune, et sur la colline du Crâne, une magnifique rose rouge-bleue, à la croisée des deux madriers centraux.


fleurdatlas 28 novembre 08  18:36