Depuis la disparition de David, Cyril, son meilleur copain, cherche des indices sur le net, il vient de découvrir un blog dont l'auteur est un certain  "Harry comme Oudini", le contenu: un journal inachevé dont la dernière note remonte à décembre 2008, lui a paru suffisamment interpelant pour être communiqué à Maïalen avec qui il demeure en relation.




18 septembre 2008

Je ne sais pas pourquoi j'ai deux pères. Papa a toujours été correct avec moi, et très fier aussi du fils que j'étais pour lui, nous avons eu une vie très difficile en raison de sa détention permanente depuis la mort de sa première femme. Non, en fait il paraît que c'était maman sa première femme, seulement, ils n'étaient pas mariés. Alors Papa n'était pas libre, puisqu'il était finalement marié à Tatie, et père de deux autres enfants juste un peu plus jeunes que moi, maman disait que c'étaient mes frères et soeurs, mais de faire comme si c'étaient seulement des copains, parce que Tatie n'aimait pas qu'on parle de la famille. On allait chez eux quelques fois, surtout quand Tatie était à son travail. La dernière fois qu'on y est allé, c'était il y a bien longtemps, un jour de grosse dispute. Il y avait Tatie et Papa et un homme que je ne connaissais pas. Tout le monde parlait bien fort et Papa gesticulait comme en proie à la colère. Maman nous a dit: "les enfants, allez jouer ailleurs." Et nous sommes partis sans demander notre reste dans la chambre d'enfants. Parce qu'on n'aime ni les cris ni les disputes. Mon frère nous a demandé: "Vous, restez là, moi, je suis UN HOMME, je vais chercher ce qu'il faut". On a obéi, parce que mon frère, c'était le chef ce jour là. On a mis une cassette de dessin animé dans le téléviseur, et on a regardé, et puis au bout d'un moment on a entendu plusieurs coups, comme à la chasse à la palombe, là où j'allais avec mon autre père à la montagne quand j'étais tout petit. Les déflagrations ne venaient pas du film regardé, mais d'un endroit assez proche dans le quartier: un jardin, la rue, ou la maison peut-être. Je me suis jeté dans les bras de ma soeur, elle m'a dit "j'ai peur!" et moi aussi j'avais peur, et mon frère n'était pas encore revenu. Maman est alors arrivée comme une folle, elle m'a arrachée aux bras de ma soeur, et sans faire attention à nos cris,  m'a trainé en courant jusqu'à l'auto, on a démarré en trombe et on n'est jamais revenu. Un peu traumatisant! Maman m'a prévenu que je ne pourrai pas revoir Papa avant longtemps, ni la famille, et qu'on allait sans doute retourner à la montagne, chez mon autre père. Mais on n'a pas pu, on est revenu vivre en banlieue parisienne.
--

18 octobre 2008

En fait je n'ai jamais compris pourquoi Papa s'était marié avec Tatie si maman était sa femme et moi son fils et je n'ai jamais compris pourquoi j'avais deux pères, ou alors plutôt pourquoi les autres enfants en général n'en avaient qu'un.
L'autre "papa" s'appelait comme un musicien de Glasgow héritier de Woodie Guthrie dont maman admirait en particulier les fabuleux "pickings", mais il paraît que c'est ma mère qui lui avait donné ce prénom ou ce surnom parce qu'elle ne supportait pas le sien qui lui faisait penser à des gens qu'elle n'aimait pas, ou alors que d'autres n'aimaient pas, ce qui est pareil pour ma mère, elle trouve qu'on a déjà assez de difficultés comme ça, sans aller en ajouter en plus. "Etre en butte aux racistes, c'est uniquement bon pour les riches", et on tirait le diable par la queue!
Maman m'a souvent dit que je ressemblais à cet homme plus qu'à Papa, un jour elle a même échappé ça: "Ton père, c'est pas qui tu crois!"
Elle disait aussi: "j'aurais vraiment aimé que ce soit lui qui élève la pierre roulante que tu es"
Je n'ai compris cette phrase que lorsque j'ai su qui étaient les Rolling Stones et Brian Jones!
--

18 novembre 2008

Maman, je l'ai toujours admirée pour son courage: être la femme d'un assassin, c'est difficile, mais je me suis aperçu que c'est aussi une sacrée menteuse ou tricheuse! Qu'est-ce qu'elle n'a pas fait et inventé pour qu'on s'en tire, qu'on vive à peu près normalement, que je puisse avoir une vie comme les autres garçons et les autres jeunes! Elle ne s'est jamais fait prendre, par contre, moi, en suivant son exemple, je me facile retrouvé avec un casier judiciaire sur les bras et une mise à l'épreuve. Elle m'a assez répété aussi que les chiens font pas des chats, et que vu les parents que j'avais... moi je dis: c'est surtout vu la mère que j'ai, parce que PAPA et moi, on n'a pas vraiment grandi souvent ensemble! Une de ses rengaines favorites c'est aussi: "Ton père est un fameux voleur, mais pas un assassin, retiens bien ça!"
J'ai retenu! pour l'exemple!
--

18 décembre 2008

Le jour de mon anniversaire cette année, je me suis secrètement mis en tête d'aller découvrir cet autre père, s'il existe toujours, avant que PAPA sorte bientôt de prison. Depuis je me prépare.
Je veux savoir qui je suis, marre de tous les mensonges ou les non-dits et des vies foutues, j'ai besoin d'air et d'action. Maman dit que j'étais taillé pour devenir ingénieur, comme mon autre père. Peut-être, mais en attendant je suis du "gibier de potence" comme Papa, à ce qu'affirme la justice.
Pour ouvrir mes recherches, je suis retourné en douce là où mes parents avaient vécu ensemble avec moi lorsque j'avais environ 4 ans. J'ai questionné les gens, je leur ai demandé: "vous viviez ici il y a une quinzaine d'années? regardez-moi bien, il parait que je suis le portrait tout craché de mon père lorsqu'il était jeune, ça vous fait penser à quelqu'un?" J'ai écumé tous les clubs du troisième âge et les maisons de retraite, les clubs sportifs, les écoles. J'ai d'ailleurs retrouvé mon école, mais c'est à présent un gîte d'étape. Pas trop reconnu grand chose tant ça a changé, pas pu mettre la main sur un seul registre de l'époque.
Par contre, une "bonne-femme", une ancienne femme de charge comme on les appelait, on dirait à présent une "assistante-maternelle" ATSEM se souvenait de moi ainsi que de mon père surtout, elle m'a dit "ah oui l'ingénieur, celui qui voulait bien reconnaître l'enfant mais pas la mère, oui, tu parles si je me souviens! sacré coco, il y a longtemps qu'il est parti d'ici pour épouser une femme riche, son nom? oublié, dans le genre "princesse Aurore", non "Rosée du matin", mais de toutes manières, c'est la même chose".
Enfin des trucs à dormir debout, elle m'a même parlé de 7 monts et de 7 lacs à traverser, et qu'"il faudra trouver la carte, mon petit!". J'ai pensé qu'elle faisait référence à des contes d'Andersen, de Perrault, des légendes russes ou slaves, peut-être africaines ou indiennes, des choses qu'elle nous racontait à l'heure de la sieste qu'on ne voulait jamais faire. Le personnel de la maison de retraite m'a prévenu:"faites pas attention, elle a un grain!" . Elle n'avait pas l'air trop cinglée, je trouve, seulement elle a tellement vieilli que moi, je ne l'ai pas du tout reconnue cette brave femme qui m'a torché et mouché et donné la becquée à la cantine quand je ne voulais rien avaler. 

Je n'ai trouvé aucune autre piste pour le moment, et rêver, ça ne peut faire de mal à personne, alors aussi fou que ça puisse paraître, j'ai acheté une anthologie des plus beaux contes et mythes et une magnifique carte IGN, et je pars, en plein hiver, oui, avec mon sac à dos, ma gratte, mon snowboard, mes raquettes et mon duvet, quelques roubles en poche, dans la direction des 7 monts et des 7 lacs. (chercher mon père et accessoirement du boulot)
Peut-être un jour, lorsque j'aurai trouvé, je pourrai vous faire part de la suite.
--


H comme O



(suivent deux cartes des Pyrénées inclues dans le blog en question)

 

 

KNTHMH (chemin de la mandragore 36)

 

cette histoire a commencé ici

NB: Ce roman est une oeuvre fictive et rien ne renvoie à des faits ou des personnes existants ou ayant existé