Itzia,

Tu me demandes mon avis au sujet du site H comme O et de son auteur: si c'est bien David, comme je le crois, il ne reprendra pas contact sur le net par l'intermédiaire d'un site ou blog nouveau. Ses écrits m'apparaissent à unique visée d'hameçonnage. Donovan tomberait sur son site un jour ou l'autre par recherche de mots clé sur le picking, si, intrigué il lisait l'ensemble, la plupart des détails rapportés ne le renverraient qu'à une seule personne: son fils David qui le recherchait, alors un clic sur le bouton "contact" et un innocent mail du type:
"j'aurais du travail pour vous, pourrions-nous nous rencontrer tel samedi à 8 h au refuge de la Soula ou au parking du Pont de Prat" auquel David répondait par un mail positif, et le tour était joué.
A partir de là "chausse les raquettes!"

Si David a effectivement rencontré Donovan, il n'a plus besoin de chercher et s'il n'a pas davantage écrit, c'est qu'il aura trouvé.

Maïalen et notre précieux détective savent-ils que ton beau nom signifie "rosée de l'aurore" ? ou pas encore?
Le site de H comme O te serait peut-être aussi mystérieusement dédicacé, Itzia. Très astucieux de la part de ce David qui suscite ma profonde admiration, voilà qui était moins voyant que d'aller poster directement "coucou c'est moi" sur la page "les amis parlent aux amis". Rien ne prouve alors qu'il ait composé ce site aux dates qui sont inscrites, les notes pourraient aussi bien être postérieures en réponse à l'appel de Maïalen, et datées rétroactivement.

J'ai appris que vous aviez décidé une journée collective de deuil-jeûne et action en mon honneur le 19 mars, c'était "d'une pierre deux coups" en union avec la grève générale programmée ce jour?

Au sujet de passages de mes lettres persos ou de mon journal, je ne donne pas l'autorisation de publication en ligne pour le moment et je m'explique: je me souviens très bien le cas de ce détenu dont la correspondance avait été publiée sur un site internet dédié à son parrainage et à son soutien. Il y décrivait tout simplement de ce qu'il vivait dans sa centrale et ses confidences n'étaient pas exactement au goût de la commission disciplinaire de l'établissement qui l'accueillait. On avait écrit pour protester contre la tentative de pression exercée à l'encontre de ce détenu par son administration pénitentiaire qui requérait contre lui un séjour en QI supérieur à un mois, tu ne te souviens pas? ... ou alors c'est parce que tu te souviens trop bien que tu me demandes si moi je prends le risque? non je ne prends pas le risque! pour le moment évitons, il y a assez de problèmes comme ça!
Ce qui serait préférable alors, pour que les amis sachent ce qu'il se vit dans les prisons en ce moment peu ou prou, ici ou là, c'est de mettre un lien qui pointe vers le site en question, puisqu'il existe toujours. Lieu où les sympathisants pourraient aller s'informer en lisant ce qu'il avait écrit, lui, à ses correspondants, car rien n'a trop bougé depuis si mes souvenirs sont intacts au sujet de ce qu'il évoquait.
Il faut que tu saches que le simple fait d'écrire un journal est suspect, je leur suis suspecte de toutes les manières possibles, même si rien ne dit que c'est "interdit". Le fait que je sois emprisonnée pour mes idées politiques différentes, rien que cela représente pour eux et envers eux un danger, une menace! On me réprime par la réclusion pour ce fait et on me suspecte et me craint pour le même fait.

Luciano ne sera pas libéré? Oh! Mes illusions d'évasion "facile" s'écroulent!
Allez, je plaisante, ça fait du bien! tu sais je cultive ma forme en négatif en ce moment, d'habitude je suis bonne grimpeuse et acrobate! eh bien la fille de l'air de cette façon, c'est pas tout à fait demain la veille.
Pour Luciano, le problème n'est pas son tandem avec Manu, mais le trio avec Mandrake. Mandrake a toujours été et reste LE problème! Ce qui coince, et qui coincera toujours c'est Mandrake et par les temps qui courent éviter leur rencontre est sans doute une forme de bénédiction ou quelque chose du genre.
Laissons à la police le loisir ou la peine de coffrer ce triste sire, et Luciano retrouvera la liberté comme par miracle!

Je ne vais pas prolonger, je suis suffisamment fatiguée.
Salue tout le monde et particulièrement qui tu sais, ne lui cache rien à mon sujet, je sais qu'il est courageux et qu'il peut encaisser de me savoir "presque" au bout du rouleau. Ne lui cache pas ce que je vis ici, il faut que nous vivons en fait ensemble en symétrie chacun de notre côté du miroir aux barbelés. J'ai voulu que soient protégés son intimité, son identité, mais si nous nous aimons, il faut que nous partagions nos moments dans ce qu'ils ont de plus intense, dis-lui combien la mort m'appelle et combien je le serre fort, combien je m'agrippe à lui jusqu'à le déchirer de mes ongles enfoncés dans la chair de ses bras.
Je vais vous laisser un secret: si je n'étais pas rebelle, je le serais devenue, rien qu'avec toutes les pratiques au jour le jour vécues et endurées ici, c'est parce que je suis une rebelle que j'arrive encore à nager et à garder le linge, et que j'ai des chances de ne pas devenir irrécupérable, mais en l'état qui est, je ne peux dire pour combien de jours ou de semaines encore je suis capable de résister!

Surtout, la prochaine fois, envoie-moi une recette de cocktail reconstituant sans alcool!

A très bientôt je l'espère

Hazzel (fin de la lettre commencée ici)

KNTHMH (chemin de la mandragore 43)

 

cette histoire a commencé ici

NB: Ce roman est une oeuvre fictive et rien ne renvoie à des faits ou des personnes existants ou ayant existé