ENTREPRENDRE

Le travail des entreprises de petite taille, et de celles qui évoluent dans un domaine spécifique, s'est progressivement trouvé entravé par de nouvelles règles contraignantes. Ces règles, sous couvert de progrès technique, d'hygiène, ou autre, sont difficilement applicables voire inapplicables, causant des difficultés parfois insurmontables aux petites entreprises, jusqu'à leur disparition .
Dans le domaine des métiers spécifiques, activités très ciblées s'adressant à une clientèle particulière, les difficultés sont venues depuis une quinzaine d'années environ, de financiers en quête de nouvelles entreprises à conquérir, ou de grandes entreprises cherchant de nouveaux marchés .
En voyant une clientèle fidèle, certains ont pensé pouvoir capter un marché lucratif semblable à celui de la grande industrie ou de grande distribution. Il n'en est rien, car il s'agit le plus souvent de produire en tenant compte de fortes exigences de la clientèle, avec souvent de nombreuse références produites parfois en petites quantités, contrairement aux produit de grande distribution . En imposant à ces entreprises les mêmes critères qu'aux grandes, on a non seulement tué ces entreprises, mais aussi perdu le marché, car la clientèle n'ayant pu être normalement servie s'est "évaporée" malgré un marché encore demandeur (propos entendus à la foire de NUREMBERG en février 2009 !). C'est ainsi que l'on tue une activité porteuse d'emplois qui faisait son bonhomme de chemin, mais ce n'est pas du goût du grand capital qui veut donner la même sauce à tout le monde à l'époque de l'argent roi et maitre . Je croyais que l'argent était, avant tout un bon serviteur, excusez-moi j'ai du me planter!

Djam - le 2009-04-10
 

 

ENTREPRISES
A la fin des années 40 - début des années 50, des réflexions sur l'avenir, réalisées par les services gouvernementaux de plusieurs pays, prévoyaient, pour l'avenir,la disparition d' activités traditionelles, pourvoyeuses d'emploi par ailleurs, au profit de production industrielles de plus en plus automatisées, avec des emplois à rémunérations élevées, mais peu nombreuses, sans que ce remplacement se fasse nombre pour nombre car "Les citoyens trouveraient donc leur épanouissement dans la culture et les loisirs", telle était le rapport de synthèse reprenant ces réflexions et publié par....l'O.N.U. à cette époque. Ce n'était pas un document confidentiel car il était mentionné dans les livres d'histoire des lycées au progamme des classes de première ou de terminales . Cela était relayé dans les leçons d'instruction civique en troisième, ou l'on nous inculquait que l'agriculture familiale, l'artisanat et le petit commerce devait TOTALEMENT disparaitre au profit de grandes entreprises et d'exploitations agricoles intensives aux mains de grands groupes financiers!
Toute la politique économique des gouvernements qui se sont succédés depuis a consisté à favoriser les grandes entreprises. Les petites entreprises ont eu quand meme de beaux jours devant elles, mais pour une période courte, le temps que l'ndustrie et le grand commerce prennent progressivement toute la place, aidés en cela par les grands de la finance .

Djam

 

 

CHOMAGE
En 1993, lors d'un rassemblement chrétien, un orateur, par ailleurs directeur d'une entreprise internationnale nous disait : "vous français vous avez actuellement 3 à 4 millions de chômeurs, vu ce qui se prépare,  attendez vous à avoir 5 à 6 millons de chômeurs, ou pire, vu l'évolution de la situation économique, 7 à 8 millons de chomeurs" . Si nous n'en sommes pas arrivés là, c'est que, par différents éléments, dont certains sont artificiels, l'échéance a été retardée : départs prématurés à la retraite de salariés, multiplication de stages retirant des chômeurs des statistiques (un stagiaire n'est pas un chômeur, mais le problème reste entier, car il n'y a souvent rien à la sortie de stage), prolongation de la scolarité et des études (en vu sois-disant d'avoir plus de chances dans le marché du travail, CQFD ! car même avec un bagage plus important le marché du travail reste aussi aléatoire)
Depuis ce temps, les entreprises productives de biens (et même de services !) ont été "délocalisées" vers des pays étrangers souvent lointains, supprimant ainsi de nombreux emplois, et transformant des produits pourvoyeurs d'emplois et de richesses en produits importés générateurs de pertes de devises pour le pays, et induisant une montée importante du chômage .
Même en période électorale, on ne cache plus ces suppressions d'emploi engendrées par les délocalisations . Cela n'empêche pas de clamer victoire quand on a "gagné un marché à l'étranger" en oubliant d'en dire à quel prix !!!! Seule une petite partie de la commande sera exécutée chez nous, au plus 10% le reste produit sur place dans le pays acquéreur, dans certains cas, et même si le client a besoin d'une autre commande, cela ne nous servira pas, car dans certains pays, asiatiques entre autre, les produits fournis seront copiés en toute impunité! Dans certains cas cela ira jusqu'à nous vendre ces produits "contrefaits", cela s'est vu il y a quelque années dans une grande foire commerciale et industrielle d'un pays voisin !!!! -

Djam, le 2009-04-10 à 15h42

 

un "hors série" du chemin de la mandragore
et pas fictif du tout!