Je peux vous dire une chose dont je suis fier, cette fois, c'est moi qui ai lu ce que j'avais écrit à K, elle a souri, elle a ri, ça l'a mise en joie, et pour moi c'est déja le plus précieux des cadeaux!

K dit que je suis énervant parce que je passe du présent au passé, et du passé au présent sans crier gare, gratuitement, et au fond, je sais ça l'amuse.

si vous avez râté le début de l'histoire
------------------------

Après nous être faufilés entre voitures et passants, nous pénétrons dans la cour d'une grande bâtisse du XVIII ème siècle, par une large et lourde porte de bois, ornée de ferroneries en appliques, cloutée et surmontée d'un des fameux mascarons qui font la popularité de ces quartiers.

 "Vous n'allez pas demeurer dans ce lieu habillée comme ça" il a chuchoté ceci à mon oreille d'un ton si grave et si indigné que je lui réponds en riant : "je ne suis pas nue, ma parole, et en ce jour caniculaire de septembre ma tenue n'a rien d'anormal, à en voir celle des élèves du lycée Montaigne ! en quoi ce lieu?..." Il me fit remarquer que les jeunes lycéennes ne fréquentaient pas ce lieu.

"Maintenant passons aux choses sérieuses, j'ai ce qu'il vous faut pour pouvoir être présentable ici, pour notre entrevue.
 Il sortit de son grand sac un vêtement, frère de sa cape noire, mais marron, étrangement ressemblant à une bure de moine, mais en plus léger, plus souple et plus "chic" (haute couture?) et me le passa pour que je l'enfile par dessus ma tenue. Agréable, frais et doux, satin?


  Sexy !!!! sous la bure !!!! il ne me manquait plus que ça, moi qui, par cette chaleur, ne révait que de me promener nue sur une plage déserte des Landes !!!!

DJM

(à suivre)