Lorsque je suis arrivée pour le raccord, j'ai trouvé une jeune élève guitariste installée avec un ampli.
Personne ne me la "présentant", j'y suis allée franco et lui ai demandé ce qu'elle ferait.

Elle n'a paru ni surprise, ni ennuyée, elle m'a répondu en trois mots: accompagner plusieurs des chants et produire les intermèdes musicaux.

Comme elle ne connaissait pas les accords du premier chant, je lui ai proposé de l'aider en l'accompagnant au clavier, je me suis informée de sa tonalité pour le second, heureusement car elle avait été baissée de 3 demi-tons, quant au troisième, j'ai galéré pour tomber en phase avec elle (DOm).

Je me suis alors rendue compte que sa guitare n'était pas dans le ton de mon orgue qui est au diapason 440
je lui ai fait signe d'accorder vite fait, au milieu d'un tel brouhaha que nous ne parvenions pas à obtenir un résultat sur le mi aigu, et encore moins sur le mi grave, je lui ai avoué être guitariste, et lui ai proposé d'accorder moi-même, elle n'y a pas vu d'objection. Ceci réalisé rapidement, là n'était pas la seule difficulté à régler au pied levé, plusieurs animateurs se partageaient le micro, dont un seul avait répété avec nous. Celui qui devait assurer les parties de basses, convoqué par mes soins à l'avance, ne put cependant pas faire le point avec moi car notre "chef" entendait faire répéter "au pied levé" lui-même des morceaux, dont un alleluia nouveau. La chorale ne put procéder au raccord. De toute manière, aucun des choristes n'était assis en un endroit où il aurait pu entendre le départ donné à sa propre voix.
C'est alors que l'organiste de tribune vint m'informer qu'il avait essuyé des remontrances la semaine précédente, "on" ne voulait pas que deux musiciens ou deux instruments s'expriment alternativement, ce serait ou bien tout à l'orgue de choeur, ou bien tout au grand orgue!

Je lui répondis que l'histoire était bien bonne, car ce soir, sans prévenir, "on" avait importé un instrumentiste supplémentaire et que deux animateurs se relaieraient au micro, en vertu de ce qu'"on" m'avait ordonné de NE PLUS JAMAIS FAIRE!

Je demandai d'ailleurs à quels moments, lui, l'organiste de tribune, s'exprimerait-il, "quand "on" voudra bien me laisser un petit moment où je ne dérange personne pour le faire!" me confia-t-il...

En fait il put s'exprimer par deux fois sur exactement 5 minutes 30 secondes!

A la jeune guitariste, compétente en tant que soliste, il fut ordonné de "meubler" avant l'ouverture, elle exécuta élégamment un pot-pourri de ses études, pas un seul "petit noël" au programme, idem à deux autres reprises.

Après la prestation, bonne "reine" (comme on dit "bon prince") et sincèrement admirative, je la félicitai pour ses interventions, lui proposai de lui faire parvenir un enregistrement de ses improvisations au cas où mes prises seraient audibles.
C'est alors que j'appris incidemment que personne ne lui avait dit que JE n'étais pas prévenue de son intervention (d'ailleurs cette jeune savait-elle qu'il y aurait deux organistes? d'ailleurs connaissait-elle mon existence? apparemment qu'elle me connaissait ou reconnaissait, persuadée que j'avais été la prof de musique d'un de ses oncles dans le "vieux" temps! ce dont moi-même ne gardai aucun souvenir...)
Cerise sur le gâteau, elle me confia fièrement que quelques heures plus tard, elle était également requise sur le même programme à  ####

cette jeune collégienne n'avait-elle donc aucune obligation familiale en cette nuit de noël?
ignorait-elle qu' il y avait également au moins un organiste à ####?


Quand je pense qu'à son arrivée, notre "chef", il y a deux années, après nous avoir couverts d'éloges pour nos talents de guitaristes, a bani les guitaristes que nous sommes Djm et moi, me renvoyant purement et simplement à l'orgue! M'interdisant de surcroit d'exercer mes activités d'animatrice et de chef de choeur!

Me remplaçant sans négociations par des personnes qui pour être choristes, ne lisent cependant pas la musique, ne connaissent rien à la direction de chant et de choeurs, ainsi qu' à l'interprétation, aux différents genres, aux rythmes! personnes (de bonne volonté certes) que je dois former et informer en accéléré, prenant sur mon temps personnel pour qu'elles exercent ces postes où elles me "dirigent" afin que que nous puissions chanter correctement!

C'est ainsi que nous sommes traités tous, comme des pions sur un échiquier, des valets qui peuvent être rabroués, suspendus, sans explications valables, privés d'initiatives, des robots qui doivent obéir à des lubies.

Vous appelez cela comment, vous?

Pourquoi est-ce que je reste et "résiste" à un tel traitement? Parce que ce "chef" passera, que je ne veux pas que ma communauté s'étiole et meure, que je ne veux pas que nous ne soyions plus en état de chanter lorsqu'il s'en ira, que je ne souhaite pas que nous sombrions actuellement tous dans le désespoir, l'apathie ou la révolte et l'amertume stérile! c'est une épreuve, d'autres connaissent des épreuves différentes, ailleurs...

Voilà un des envers du sourire de K, et de ses calmes compétences!