je me souviens par exemple du jour où j'ai passé mon bac oral

j'ai commencé par les maths, j'ai fait une démonstration très brillante, retrouvant intégralement un théorème que j'ai démontré et utilisé pour résoudre le problème posé. Mais cette façon "originale" de faire n'a pas plu au prof qui sans me mettre une mauvaise note, ne m'en a pas mis une trop bonne pour autant!

deuxième épreuve, le français, là le prof m'attendait au coin du bois "vous êtes soi-disant une élève extraordinaire, prouvez-le!" et de me donner à commenter un texte de baudelaire "sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille, tu réclamais le jour, le voilà, il descend...entends ma chère entends, la longue nuit qui marche;"

j'ai "brillé" en effet et la note fut bonne certes, mais j'étais déroutée par le comportement de ces hommes, c'étaient des hommes, et j'ai dit à ma mère"je veux m'en aller, je ne veux pas passer la dernière épreuve (histoire-géo)"

 

mon copain Marco était dans le même désarroi que moi, ma mère nous a encouragés et soutenus jusqu'au dernier moment, celui où nous affrontions le prof qui avait désarçonné tous ceux passés avant nous. Il me demanda de préparer l'Inde, je commençai par en dessiner la carte, de loin, il me dit:"pas la peine, je l'ai là", je lui répondis: "je souhaite faire cette carte tout de même et c'est ma carte que je commenterai", il me répondit: "c'est totalement inutile!"

je continuais sans faire attention à lui et au traitement barbare qu'il faisait subir à l'élève interrogé avant moi.

Le pauvre sortit décomposé, j'arrivai donc devant ce cerbère, et lui dis la chose suivante: "monsieur, je pense être l'une des dernières candidates à me présenter devant vous, je peux vous parler de l'Inde, c'est un sujet que je connais bien, jetez un oeil à ma carte, vous verrez que je ne mens pas, mais je peux également vous parler de moi et de mes problèmes, de mon futur. J'ai absolument besoin d'obtenir ce diplome, non pas pour m'amuser, pour faire bien, mais pour travailler, car nous n'avons plus les moyens que je poursuive des études quelles qu'elles soient, alors munie de ce diplôme, on m'offre un travail rémunéré l'an prochain, je serai interprête auprès d'une firme allemande, je ferai des traductions techniques, et je pourrai continuer mes études le soir, après le travail, une famille d'accueil m'attend. Dans le cas contraire, je rentre à la maison, sans diplôme, et sans formation supplémentaire, je ferai la cuisine et la couture de toute la maisonnée sous la surveillance de mes parents."

Nous avons conversé 20 minutes sur les difficultés de ce type, puis il m'a dit:"je vous met un 16, mademoiselle, et je vous souhaite une bonne continuation dans vos études, il m'a serré la main avec le sourire, je suis sortie "royale" et je me suis jetée dans les bras de Marco et de ma mère.