Conférence de presse d'Avigaïl Sorgen à l'occasion de la tournée européenne 09 du groupe XTG (suite de l'article 2 et fin)

- Quel est le secret qui fait la popularité de votre groupe?
- Le sexe de ses membres et leur charme, je suppose...
- Plus sérieusement?
- Oh mais c'est très sérieux! peut-être aussi le dynamisme de ses membres, le côté festif et convivial des concerts, le professionnalisme des éclairagistes et des sonorisateurs, les paroles et leur traduction diffusées sur écrans en surimpression de films et images contextuels, le nombre de décibels émis, les kilomètres de "fumées" qui s'étalent à proximité des lieux de concerts, la courtoisie bon enfant des "vedettes" et leur adaptabilité à toute sorte de locaux, situation, public, leur patience à toute épreuve, le prix praticable des places et des médias en vente (sans intermédiaire), la nature de la musique et le contenu des textes, non? j'ai oublié la scénographie, les costumes, les performances imbattables des instruments de musique et du matériel informatique utilisés! encore quelque chose? Ah oui, le maquillage, les déodorants corporels et nos parfums: "Fleurs et pistils" et "Note de Révolte n°4"

- Avigaïl, vous aussi vous écrivez des textes pour vos spectacles?
- Oui ça m'arrive
- vous vous prêteriez à un défi?
- Pourquoi pas?
- Une improvisation maintenant, là
- Oui, vous pouvez chacun me mettre un ou deux mots sur un petit papier, merci
Alors voilà les mots: dérive, pantin, marche, gargouille, sapin, rime, laisse, violon, éducation et demi
c'est parti!


des drôlesses j'en ai vu dans la marine
jamais comme cette macarelle
elle sortait d'un bordel
putain l'était pas belle
elle avait flingué son mac
un soir de plus grande dérive
un soir qu'elle en avait marre
qu'il l'agresse, la dépouille et se tire ivre
avec son oseille, sans un brin de tendresse
pauvre pouf en laisse sur le bord du trottoir
pour tout compte et sans solde
deux marmots sur le dos
qui seront jamais que des moitiés
demi-frères, demi-soeurs sans pères
demi-portions sans éducation
dont les ventres vides gargouillent
qui ont rien à se mettre sous la dent
qui pleurent et qui se chamaillent 
en attendant que les flics débarquent
pour leur prendre leur mère

la mer je l'ai vue
quand j'étais dans la marine
par gros temps déchainée
prète à tout disloquer
à nous avaler
pantins désarticulés
sous ses masses d'eaux froides

mais celle qui l'attifa*
d'un costume en sapin
celle qui s'est prise au jeu
de la mère colère
de la mère justice
pareille furie
je n'en ai jamais vu
ailleurs que dans mon bal
ailleurs que dans mon trou
ailleurs que sur mon clou
ailleurs que dans ma tôle

c'était une centrale
cadence de violons
et nous y végétions
sans rime ni raison

une deux
une deux
marche au pas
qui est le chef
nul ne saura!

- Surprenant! vous êtes capable d'en faire comme ça souvent? vous faites référence à un vécu précis ou c'est totalement surréaliste?
- Si quelqu'un au monde se sent concerné par ces paroles, il comprendra certainement, pour "monsieur ou madame tout-le-monde" nous dirons que c'est un exercice de style comme un autre!
- Et vous arrivez à mettre de la musique festive sur des textes semblables?
- Oui! mais attention, sur l'ensemble d'un concert ou d'un album, il y a toujours quelques musiques d'un genre sombre mais dansables, il nous arrive aussi de slammer ou déclamer sur fond musical plus ou moins improvisé, pour faire des "breaks" plus calmes, plutôt que des "entractes" qui cassent le rythme et l'intensité des spectacles.
- Tout est toujours à ce point raisonné, pensé, réglé, calé?
- Oui, festif n'est pas synonyme d'improvisation totale!

- On dit que vous jouez gratuitement pour le soutien de certaines causes
- Oui, dans la mesure où par ailleurs nous sommes sûrs de faire assez de recettes pour nous permettre de vivre, nous ne sommes pas un organisme de bienfaisance! Par contre les spectateurs de ces concerts payent leur place comme pour tout autre spectacle et ce sont les bénéfices qui sont reversés aux différentes causes
- Pourquoi bénéfices?
- Cette blague? la location et réservation de lieux ou tentes, chapiteaux et autres tivolis, toute l'organisation logistique bien qu'assurée par des bénévoles coûte et bien souvent très cher! il faut être certain que ce genre d'opération serait bénéficiaire et non déficitaire, sinon l'organiser est une dépense inutile d'énergies et une contre pub pour les causes en question. Nous sélectionnons soigneusement les opérations du genre auxquelles nous participons.

- Quels projets pour l'avenir?
- D'abord réussir la tournée 09, puis continuer tant que nous serons toutes trois libres
- Vous n'envisagez pas de remplacer un membre ou de vous séparer pour continuer en solo?
- Non, pas du tout, notre groupe est une entité, construite avec des membres en symbiose musicale et politique, nous n'envisageons pas de prolonger artificiellement ou de dénaturer cette association.
Nous sommes chacune professeur de musique, nous avons des élèves, et l'un dans l'autre nous allons dire que nous gagnons notre vie au quotidien, nous ne cherchons pas de reconnaissance, de consécration, de pérennisation particulières de nos carrières sur scène. C'est une activité "engagée", il y en a d'autres. Nous tiendrons jusqu'au moment où l'aventure deviendrait impossible, périlleuse ou non rentable. Tout ayant une fin, la nôtre viendra au jour fixé, nous passerons la main à des groupes plus jeunes, nous passerons à autre chose, nous continuerons à partager nos combats autrement.
- J'ai cru comprendre que vous étiez personnellement engagée ou fiancée...
- Il en est question en effet
- Pourtant on ne remarque aucune présence masculine à vos côtés
- Mon fiancé est "pudique" et il attendra la fin de la tournée pour me retrouver, l'attente ne lui fait pas peur, il a appris à beaucoup m'attendre.
- XTG est donc condamné à l'arrêt prochainement?
- Vous vous trompez, mon futur mari accepte mon statut de chanteuse de groupe, mes déplacements et j'en suis ravie pour XTG et ses fans! Si la menace arrive, elle viendra d'un autre front!

 

Votre correspondant du journal Le Libéral (d'après les notes prises au cours de la conférence de presse relayée par TV-Pays)

KNTHMH (chemin de la mandragore 61)

 

* du verbe attifer, familièrement employé à la place de mal fagotté ou mal habillé ou accoutré ou déguisé, enfin c'est pas un compliment quoi

ici  c'est un meurtre qui est évoqué, une personne qui a envoyé une autre ad patrem, qui lui a taillé un costume en sapin= cercueil

 

NB: les textes de ce roman sont tous fictifs et ne renvoient à aucune "affaire" ni présente, ni passée
l'histoire commençait à cette note