! LIRE  CE  TEXTE  SUR  PAGE  BLANCHE !


- Vais-je souffrir?

- De quoi "bandana rouge", de ne pas aimer, de ne pas être aimée, de ne pas donner la vie?

- Mais non, vais-je souffrir chaque mois lunaire au retour du flux?

- Je n'en sais rien, chacune est différente, si tu ne souffres pas, tant mieux, personne ne devrait souffrir, 10% de personnes sont plus sensibles que d'autres ou davantage incommodées.
Observe bien le calendrier et repère tes cycles pour ne pas te tacher.
Si tu souffres, il y a des analgésiques, pas toujours très efficaces, tu essayeras jusqu'à ce que tu trouves celui qui te convient le mieux, et tu vivras autrement à chaque retour de période. Favoriser une circulation sanguine rapide est important et peut soulager grandement, évite les bains en eau froide, mange léger, bois beaucoup, supprime l'exercice physique intensif, couche-toi sur le ventre, mets une bouillotte chaude sur le bas ventre ou sur tes reins. Un certain bon sens permet d'arriver à une diminution, voire une disparition rapide des douleurs importantes lorsque c'est le cas. La décontraction segment par segment est elle aussi très efficace.

- Vous avez vécu ça?

- Oui en effet, c'est pourquoi je peux en parler! J'avais toujours un tube d'arnica montana sur moi pour fluidifier mon sang très lourd, et un de chamomilla pour les moments intolérables.

- Et maintenant?

- Quand on a l'âge de la retraite, le corps se transforme encore, et ce flux s'arrête de couler. C'est alors le repos des ovaires! Mais pas la fin de la sexualité!
"lunette aux yeux bleus" riait comme si elle venait de jouer un bon tour au temps qui passe!

- La féminité, le désir, l'amour demeurent.

- Justement, c'est quoi l'amour?

- Toi aussi, tu veux savoir? Tiens décidément!
Tu aimes tes parents?

- Oui, en principe

- Comment ça: en principe?

- Ca dépend, il y a des moments où je les déteste!

- Ca veut dire quoi?

- Qu'ils m'énervent, qu'ils sont trop sur mon dos, qu'ils ne me comprennent pas, que je voudrais vivre loin d'eux ou pas avec eux!

- Tu sais alors ce que veut dire aimer.

- Ah?

- Oui, c'est parce que tu aimes tes parents que tu les voudrais parfaits, que tout baigne entre eux et toi. Tu souffres lorsqu'ils ne te renvoient pas l'image que tu t'es faite d'eux.
Lorsque l'harmonie règne, il ne te vient plus à l'idée de vouloir vivre loin d'eux ou sans eux. Tu trouves sans doute qu'ils sont formidables et que vous formez une belle équipe, non?

- C'est un peu vrai, oui.

- Aimer implique souvent de souffrir de la distance entre idéal et réalité, tu comprends mieux?

- Un peu, mais je voudrais savoir pour le sexe.

- Pour aimer il faut connaître. Est-ce que tu connais quelqu'un après avoir passé un bref moment avec lui? après avoir T'chaté sur le net ou échangé quelques mails et SMS?
Tes parents, tu les connais depuis combien de temps?

- Qu'est-ce que tu veux me dire? qu'il faut des années pour aimer correctement ou vraiment quelqu'un?

- Longtemps en tous cas, qu'il faut le côtoyer dans de nombreuses activités ou circonstances. Tes parents par exemple, tu les connais le matin au réveil, puis dans chaque activité de la journée, tu sais comment ils sont pendant les sorties et les fêtes, en tant qu'éducateurs, lorsqu'ils te conseillent, te punissent, t'envoient dans ta chambre ou te coucher, et peut-être même dans leur intimité parce que tu as surpris des gestes, des attitudes, entendu certaines choses qui ne t'étaient pas destinées.
Tu sais tout ou presque d'eux, leurs qualités, leurs défauts, leur caractère, leurs réactions, leur sublime, leur grotesque, leur ridicule, et malgré ça ou à cause de tout cela, tu les aimes, ils t'insupportent, mais tu les aimes.
Et la réciproque est vraie en ce qui concerne tes parents envers toi.
Tout cela s'est construit peu à peu. Ce n'est pas qu'un amour parental ou filial ou fraternel de commande. C'est un sentiment fait d'observation patiente, d'expériences, de confiance, de respect, d'admiration, de bienveillance, et de pardon mutuel souvent implicite.

- implicite?

- Compris dans le fonctionnement sans qu'il soit rappelé à chaque instant.

Par exemple un moteur est graissé régulièrement, il ne devrait pas être besoin de le rappeler, ajouter régulièrement de l'huile est implicite à son fonctionnement correct.

- Oui c'est comme quand tu es hôtesse pour accueillir des gens, alors le sourire et la patience sont implicites, c'est ça?

- Tu as compris, bravo!

"Bandana rouge" se taisait, elle réfléchissait à cette patience, à ce qui se construit lentement mais sûrement, elle qui n'était que dans l'instant et souvent dans le futur! la patience de la chrysalide! beaucoup de morts à soi-même, un petit bout de femme impatient...

- Faire l'amour avec n'importe qui, partir avec le premier venu, ça risque de ne pas être par amour?

- En effet, il est possible que certains moments d'échange, de partage sexuels, ne signifient pas que l'on soit amoureux et qu'on aime vraiment l'autre. Ou que l'autre nous aime effectivement. Il faut bien davantage pour parler d'AMOUR!
Réponds-moi, de quoi as-tu peur? quelles sont tes craintes?

- De donner mes trésors à des pourceaux comme dirait ma mère!

"bandana rouge" faisait ironiquement la moue à cette évocation, sa mère la sermonnant en plein milieu de la cuisine, le buste en avant, les deux mains levées, le tablier à grand carreaux bleus maculé de graisse, protégeant sa fameuse jupe crème en soie sauvage, "chantoun" comme elle disait...ah! la "toilette", c'était vraiment un culte dans la famille, toilette, godasses, bijoux...les perles...non pas aux pourceaux, certes!

- Alors discerne bien à qui tu veux réserver tes cadeaux.
Et si malgré ta prudence il t'arrivait des désagréments, que tu te sois trompée, ne t'en veux pas, tu ne t'appauvris pas de ce que tu as donné, bien au contraire, tant pis pour ceux qui n'auront pas compris la valeur de tes dons.
De même toi, essaye d'apprécier tout ce qui t'est donné.
Tout ce que tu as t'a été donné ou confié, donne à ton tour à qui en est digne, remercie ceux qui te donnent.

 

(à suivre)

KNTHMH 25 Août 2009