Le boulot!

alors je me lève en vitesse parce que je n'ai pas trop d'heures de sommeil et qu'il m'en faut au moins 7 à 8 pour être un peu claire.
Je réajuste ma natte tressée de la veille au soir sinon ça prend trop de temps et je m'énerve et je la rate. Je mets mon foulard, à ma façon, torsadé, j'aime être belle! Je prépare ma mixture qui sert de petit dèj, je dévale les 4 étages avec des copies sous un bras, la serviette en cuir bourrée à éclater dans l'autre main, je me jette dans ma voiture, où parfois je sens encore l'odeur de vinasse du SDF qui vient de la quitter juste avant que je me pointe, j'e ressors pour enlever les prospectus du pare-brise et je les jette à terre à la place du passager, j'attache mon sac avec la ceinture de sécurité, et je démarre, si le démarreur veut bien démarrer, parfois c'est oui, mais je fais 30 mètres et je cale, sans pouvoir repartir!
je commence à prendre du retard, c'est pas grave trop parce que les cours commencent jamais vraiment à l'heure.
Le SDF* vient me donner un coup de main pour pousser la bagnole, et il me souhaite bonne chance, je pense à Djam déjà parti depuis deux heures et que je reverrai le soir à l'heure de la soupe et du pain.


J'essaye de ne pas me faire emboutir par un chauffard ou le tram , de ne zigouiller aucun piéton ou cycliste, d'éviter les travaux non signalés, d'attendre patiemment que le flot de la foule qui traverse n'importe où et n'importe quand soit passé, de pas m'enfiler un sens interdit ou de rouler à contre sens on sait pas pourquoi parce que le sens a changé (dans la nuit peut-être, il  sont comme ça les sens! sournois...) ou d'être dans une voie réservée à quoi, à qui? mais interdite en tous cas...
J'arrive enfin à la fac, pas de place bien entendu, je tourne autor du pâté en zyeutant si quelqu'un par hasard se serait trompé de stationnement et que donc il s'en irait ailleurs, ça peut durer un certain temps, je suis franchement à la bourre, mais tout le monde s'en fout! puisque c'est pareil pour chacun!


Enfin me voilà dans la salle des profs ou ce qui en tient lieu, je me faufile vers la machine à café, je me sers une tasse qui a l'air d'eau chaude plus que de café, j'y jette quatre sucres, histoire de soigner mon embonpoint et de dissimuler le goût dégueulasse de la flotte mélée à on sait plus quoi. On me salue, j'essaye de répondre en gagnant le tableau de l'emploi du temps, ah oui, on est déjà mercredi et, oui, je me suis trompé de cours et je n'ai pas tout ce qu'il me faut, tant pis, je connais le programme par coeur, j'espère que deux ou trois étudiants montreront un intérêt ou feront semblant par amitié de se captiver pour le droit constitutionnel**! Je réserverai mes effets littéraires et linguistique pour l'après-midi, mieux vaut coller au planning tant qu'à faire. Bon voilà, je suis là, les étrudiants aussi, enfin bon nombre d'entre eux, ils m'ont l'air disposé à travailler, faut en profiter, j'irai fumer plus tard, ou bien jamais, c'est encore mieux pour la santé! En avant, c'est parti pour la journé, olé!

Tah sur le tas! Taratata!

Fleurdatlas 8 octobre 08

 

* j'ai pas vraiment fait exprès de la laisser au SDF ma caisse!
un matin comme ça alors que je prenais ma bagnole pour me ruer en vitesse sur le chemin qui mène à l'autoroute, qui mène au perif, qui mène au boulevard, qui mène au centre, qui mène à la fac, j'ai vu , droite à la place vide du passager, une bouteille de vin au trois quart vide ou au un quart pleine
la banquette arrière était encore tiède
j'ai compris
le soir j'ai laissé un mot sur la banquette, avec je crois un truc du genre: "merci à l'aimable personne qui a pensé à partager son coup de rouge avec moi, j'habite au "..." passez me voir à 19 heures si vous avez le temps, on en prendra un autre, mais ensemble!"
et le gars s'est pointé quelques jours après, on a discuté, il m'a parlé de ses problèmes, je lui ai dit qu'il n'avait plus besoin de forcer la porte, mais qu'il fasse gaffe aux rondes de nuit, car c'est interdit de pieuter dans une bagnole, et puis que j'avais besoin de la tire à 6 plombes pétantes
c'est pas une voiture très craignos que j'ai et le radio-cassette marche plus depuis longtemps!
je suis pas un héros!

 

** en droit constitutionnel, l'improvisation n'est pas vraiment de mise, quoique les premières deux heures de cours soient passées à faire connaissance avec les étudiants
ça permet de faire un rapide bilan, de prendre la température de leur réalité, leurs questions, leurs préoccupations, leurs lacunes, d'essayer de susciter l'intéret, le questionnement, de favoriser un climat d'apprentissage, et l'émergeance de problématiques
tu vois, par exemple un débat oral avant de procéder à une rédaction écrite par binomes:
le parlement vote les lois: réalité ou façade sous la V ème république?

ou bien
la France est-elle sous régime parlementaire ou présidentiel?

puis je les invite à consulter ce texte
en tirer les lignes principales
et donc des conclusions sur le régime français actuel

ou bien encore:
le chef d'état peut-il être chef du gouvernement?

pour parfaire leurs connaissances et compréhension d'une façon rapide, je leur propose par exemple d'aller faire un petit tour ici

et puis là

on abordera en détail tout cela au cours de l' année, le fait d'avoir planché d'amblée sur ces questions donnera l'envie d'en savoir plus, de se documenter vraiment, d'apprendre pour comprendre et discerner au plus près ce qu'il se passe par exemple dans les différentes nations européennes , aux Etats Unis qui sont en ce moment dans le colimateur, et en Algérie aussi. Etre attentif à la vie politique en gardant les yeux sur la constitution propre à son pays et aux pays qui maintiennent un dialogue et un partenariat, c'est partir d'un bon pied dans la vie citoyenne et dans l'apprentissage du droit constitutionnel.