Itzia,

 

Nouvelles en vrac: tu prendras mieux la température comme ça

c'est la fin de ma lettre, qu'est-ce que j'ai besoin de parler alors cette fois! c'est vrai ça fait longtemps que je t'avais pas écrit, tu comprendras mieux là

Ils ont déplacé la fille à qui je donnais des leçons de solfège. C'était pas facile en fait, elle voulait comme ça, mais elle avait pas vraiment le rythme dans la peau, ni l'oreille musicale, on a passé quelques bons moments ensemble quand même et c'est toujours intéressant à prendre, tu me diras, mais ce n'était pas suffisant pour la "retenir". Elle souffrait beaucoup de la séparation d'avec son gars et sa petite fille, elle a fait une tentative de suicide, il y a 15 jours, tentative parce qu'avec les caméras, ils savent tout, enfin ça devrait en principe! ils se sont pas trop pressés d'accourir quand même, mais elle aurait été transférée d'abord en hôpital, puis dans un centre psychiatrique assez éloigné, c'est du moins la procédure en vigueur lorsque le cas se présente, d'après les explications de mes compagnes de cellule. Elles m'ont dit que c'était la dernière chose à faire, même si tu regagnes le centre après, tu perds ton boulot (que quelqu'un d'autre a pris), et tu es encore moins bien traité qu'avant. Et si t'avais un projet de réadaptation ou réinsertion, il est à l'eau!

Ici, c'est pas ma réinsertion qui les soucie! Ils me fichent la paix total avec ça.
Heureusement que j'ai déjà une très solide formation, sinon ce n'est certainement pas ici que j'apprendrais quoi que ce soit, sauf balayer!  d'ailleurs, en ce moment c'est Latifa et Marine qui balayent la salle de sport à tour de rôle à ma place, pour que je perde pas mon emploi. Elles empochent la solde bien sûr, en échange de services envers moi: aide à la toilette, à la prise de repas. J'ai dû leur promettre également la solde des trois mois suivants même quand j'aurai repris, non c'est pas du racket, c'est la "juste" rétribution de leurs services, je suis comme un nabab, au fond: ils m'ont autorisé à changer de place, au lieu que je sois en haut des lits superposés, j'ai le lit bas à moi toute seule et placé le plus proche des toilettes (bonjour les odeurs quand je bouffe!), comme ça parfois, quand elles sont au "taf", si je peux, j'arrive à ramper jusqu'à la cuvette ou jusqu'au lavabo. Bah! c'est encore l'affaire de quelques jours, hein, tu sais! Patience!

J'ai toujours pas reçu les bouquins, et ni l'imam ni l'aumonier ne sont encore passés par ma cellule!
"Chaque détenu doit pouvoir satisfaire aux exigences de sa vie religieuse, morale ou spirituelle. Il peut à ce titre participer aux offices ou aux réunions organisées par les personnes agréées à cet effet ".
J'attends de voir la concrétisation de ce droit!
Je n'entamerai pas une grêve de la faim pour ce problème, c'est certain, mais en ce moment il y a de la manif dans l'air ou de la grêve de plateau repas au sujet des parloirs et des droits de visite, ainsi que des conditions sanitaires franchement déficientes, là je pense participer. Ca s'agite au parlement je sais au sujet du surpeuplement carcéral, faut en mettre un sacré coup alors!

Merci pour le cocktail, envoie-m'en un autre à ta convenance la prochaine fois, je me récite tout de toutes façons, tout ce que je me rappelle, j'étais pas le meilleur "coq-empoisonneur", mais tout de même ;-)

Redis bien à tous que je ne les oublie pas, que je les aime, que j'arrive encore à tenir le coup, que c'est dur quand même, que je mesure bien la chance que j'ai d'être accompagnée comme ça. Dis à "qui-tu-sais" que si je demande pas de photo ni de lettre de lui, c'est pour qu'il reste à l'abri, je me le revois sans cesse dans ma tête, en filigrane, sur le reste des impressions visuelles et il est là gravé dans mon coeur.
Dis-lui qu'il évite de m'envoyer aussi des messages plus ou moins anonymes, je suis désolée, mais je n'ai pas envie qu'il trinque là où il n'y a rien à boire!
J'ai pas une seule nouvelle des autres, ceux qui avaient fait partie du même "voyage" que moi. Je pense à eux aussi et à leur famille. Si tu as des nouvelles, consigne-les dans un carnet, tu me montreras à mon retour. Je me demande si je vous verrai au moins une fois. Si j'arrive à tenir, il ne reste qu'à attendre, la porte s'ouvrira bien un jour. Mais 10 ans que c'est long, pour quoi et pour qui?
Je vais continuer à me concentrer sur toute l'histoire, au lieu de "battre inutilement la campagne" pendant mes nuits blanches, dès que j'ai du nouveau, je te dirai. Toi, si tu as des nouvelles de L, de Maïalen ou David et du gars que je te demande de faire pister, tiens-moi aussi au courant.

Je pense bien entendu à toute ton histoire avec Dov, écoute, ne précipite rien, là aussi, j'aurais beaucoup à te dire, mais pas comme ça, plus tard, promets-moi: ne précipite rien.

J'ai très mal à la tête et des étoiles devant les yeux, je vais arrêter d'écrire.
Je t'embrasse très fort

Extrait lettre de hazzel à Itzia 4 (suite de cette note)

Hazzel courrier remis le 7 mars à l'avocat

 

 

KNTHMH (chemin de la mandragore 33)

cette histoire a commencé ici

NB: Ce roman est une oeuvre fictive et rien ne renvoie à des faits ou des personnes existants ou ayant existé