Erratum et excuses:

 A la demande conjointe et expresse de l'administration pénitenciaire de la Centrale C, ainsi que de la famille de Hazzel Sprieeg, l'article intitulé "Hazzel Sprieeg, évasion réussie!" vient d'être effacé. Nous obtempérons immédiatement en attente d'autres informations autorisées, vérifiées et tenues officiellement pour exactes et sûres. Nous présentons bien entendu et en tout premier lieu toutes nos excuses à tous ceux qui auraient pu se ressentir diffamés ou attaqués par le contenu de l'article sus-nommé.
(Notre petite publication sans prétention n'a aucunement les moyens d'affronter des procès en dommages et intérets tels qu'en supportent quotidiennement ses célèbres grands frères de la presse people éditée sur papier!)

La rédaction et le webmaster de "Claques"

 


Série noire! jusqu'où?

Le groupe XTG qui s'apprète à reprendre ses tournées printannières se voit décapité brutalement. Son meilleur élément a été transporté d'urgence à l'hôpital de D. Il est donc question d'annuler toutes les dates proches, ce qui ne fait pas l'affaire des comités de soutien aux prisonniers politiques et d'opinion qui avaient décroché en exclu le concert du grand retour, un concert qui devait se dérouler à guichets fermés dans la bourgade dont Hazzel Sprieeg est originaire (rappelons que cette prisonnière emblématique vit actuellement à son corps probablement défendant une cavale au sénario pour le moins original et périlleux- voir l'article de "claques".

Les organisateurs du concert exceptionnel ont cependant obtenu des acheteurs de billets que les sommes versées à la billetterie ne soit pas remboursées aux spectateurs en cas de dédit, en effet tout le profit du concert devait être reversé aux familles de Hazzel et de ses compagnons en dédommagement pour les frais de justice, de transport, de procédures diverses et en soutiens financiers complémentaires.
Les comités de soutien applaudissent ce beau geste solidaire unanime des futurs spectateurs.

La "diva" de XTG s'est cependant déclarée totalement décidée à maintenir cette date, ne serait-ce qu'elle: "A moins que je ne sois six pieds sous terre, je me trainerai jusqu'à la scène et je braillerai en faveur de Hazzel Sprieeg et de ses compagnons! On ne fait pas taire les oiseaux libres, on ne leur coupe ni les ailes, ni le sifflet!" (sous les caméras de la TV-PAYS pour le journal de 19h)

Nous reconnaissons bien là l'obstination et l'endurance caractéristique de la famille Sprieeg, en effet la chanteuse guitariste est une cousine germaine de la prisonnière. Nous lui souhaitons prompt et solide rétablissement ou amélioration.

La rédaction (unanime) du Libéral

 

KNTHMH (chemin de la mandragore 46)

 

 

cette histoire a commencé ici

NB: Ce roman est une oeuvre fictive et rien ne renvoie à des faits ou des personnes existants ou ayant existé