C'est alors que Djam a eu envie d'écrire le calvaire qu'il connaît , le calvaire de celle qu'il aime, son calvaire à ELLE

 

 

"Elle, elle est assise dans la pénombre, elle les voit s'attrouper au pied de son lit, elle sent leurs regards qui la scrutent. Vous voudriez savoir? Non, vous ne saurez rien! Vous ne m'avez pas fait confiance, vous m'avez trahie, sanctionnée, et vous voulez encore vous servir de moi?!

Elle se souvient du seul jour où perdant patience, à bout de tout, elle s'était confiée à ce grand type qui lui servait de supérieur, elle voulait s'arrêter, quelques jours de repos, un allègement de ses responsabilités, il l'avait renvoyée goguenard "C'est comme ça ce boulot, tu l'as voulu, tu l'as, tu ne peux plus? tu démissionnes!" Elle savait qu'il n'hésiterait pas à la supprimer si elle continuait, elle savait que c'était LUI son principal détracteur et ennemi, et pourtant il était malade, et elle avait essayé de tout son être de le soutenir et de le comprendre! incroyablement cruel!

Eh bien voilà, c'était fait, elle démissionnait de tout son être. Affaissement, roue libre. Abonnés absents, rideau!

Tant pis qu'ils se démerdent. Fini, fini, terminé. Effacer les mémoires, vider tout, corrompre les fichiers, mélanger les codes, vider tout, et se tirer, plus les voir, plus, rien.

Ils ne sauront rien, j'ai tout oublié, tout effacé, je ne sais plus, je ne suis plus,  j'ai écrasé mon disque dur, c'est fini."

 

DJM (in memoriam d'un agent déchu)

 

KNTHMH (chemin de la mandragore 87)

 

ça je ne sais pas s'il faut mettre "fiction" et aucun rapport avec etc...

dans le doute je mets oui, encore une fois, donc:

NB: les textes de ce roman sont tous fictifs et ne renvoient à aucune "affaire" ni présente, ni passée

l'histoire commençait à cette note