Nous voyons dans l’affaire Freinet l’illustration de la dimension transgressive de la pédagogie nouvelle, par rapport aux modèles traditionnels de l’éducation.

 Freinet enfreints trois tabous :

l’engagement communiste,

l’entrée du politique dans l’école,

les méthodes éducatives de libre expression, visant à la libération du corps et de la parole de l’enfant, inspirées directement de la pensée freudienne.

Le scandale sert à apprécier la distance qui peut séparer deux mentalités de l’époque : d’un côté une communauté traditionnelle parangon de la société bien pensante, et de l’autre un instituteur acquis à la psychanalyse et à l’idéologie révolutionnaire.

(Extrait d'un mémoire de maîtrise)